Jamais sans mon sex-friend!

sex-friend



À la fois meilleur ami et amant hors pair, le sex-friend est une espèce en voie d'expansion. Pas jaloux, compréhensif, amusant et allumé, il répond «présent» quand vous le réclamez et sait se faire discret au besoin. C'est l'amant des temps modernes, celui dont rêvent toutes les célibataires. Nouveau phénomène de société?

Hélène, 28 ans, représente bien son époque. Indépendante financièrement et affectivement, elle tient par-dessus tout à sa liberté. «Je suis bien, seule. Je fais mes affaires, je continue de regarder les hommes sans avoir à m'investir ou à dépendre de quelqu'un. Ça peut paraître égoïste, mais c'est plutôt de la prudence: en amour, j'aime prendre mes décisions de manière réfléchie et être la seule à en subir les conséquences.» Les célibataires, par choix ou en attente du grand amour, sont de plus en plus nombreux et acceptés, après avoir été longtemps suspects aux yeux de la société. Avec le succès de séries comme Sex and the City, on peut même dire qu'ils ont le vent dans les voiles. Mais la réalité n'est pas toujours aussi «flyée» qu'à la télé. Que faire quand vos sens crient famine? Courir dans les bars à la recherche d'une histoire d'un soir? Mettre une annonce dans les journaux? C'est là où le sex-friend s'impose comme l'option la plus agréable et la plus sécuritaire.

Amour User Friendly

Avoir une relation de sex-friends, c'est franchir une barrière tout en demeurant dans le monde de l'amitié. Il n'est pas question d'amour, mais l'attirance physique est très forte. La relation est plus riche que celle entre simples amants, liés uniquement par le désir sexuel. «Mon sex-friend me connaît mieux que quiconque. Il sait tout de moi. C'est mon meilleur ami, et il n'est pas rare que nous passions des heures au téléphone ou que nous écoutions un film collés l'un contre l'autre toute la soirée sans désirer aller plus loin», affirme Chantale, une étudiante de 21 ans.

Selon François Castonguay, sexologue, ce phénomène d'amitié avec sexualité a véritablement commencé dans les années 1970. Avant cela, l'amitié entre un homme et une femme était jugée de manière contradictoire: d'un côté, on la disait impossible, de l'autre, on jugeait que le passage à l'acte sexuel pouvait la gâcher à tout jamais! Ces idées reçues ont quelque peu évolué. «À mon avis, la relation de sex-friends est devenue de nos jours un excellent compromis pour les célibataires, dit le sexologue. Il ne s'agit pas seulement de rapports sexuels, il y a aussi une relation nourrissante et affective, plus saine que celle qui existe entre simples amants. On peut "partager" à d'autres points de vue, et le sexe n'est pas nécessairement présent à chaque rencontre. Il n'y a pas de reproches, pas d'attentes; on vit au présent.»

Parmi les avantages recherchés dans ce type de relation se trouvent principalement la liberté et la simplicité. «Mon métier d'agente de bord me permet difficilement d'avoir une liaison stable, confie Alexia, 26 ans. Avec un sex-friend, tu peux parler de tout sans pudeur et tu t'épargnes de redonner le cours "Mes zones érogènes 101" à chaque nouvelle aventure. Il te connaît, tu le connais, et le respect est mutuel. On passe du bon temps, on s'amuse, on se voit quand on veut. J'apprécie le fait qu'il n'y a pas d'obligation, de jalousie ou de comptes à rendre.»



Naviguer autour des écueils

Les avantages semblent nombreux aux yeux des adeptes de «l'amitié à l'horizontale». Mais attention aux naufrages, car les récifs sont nombreux... et bien dissimulés sous une eau un peu trop calme.

Le pacte implicite pour que tout baigne dans l'huile, c'est que chaque partenaire s'abstienne de passer au mode «amour». Mais Cupidon frappe où il veut, et le danger de tomber amoureuse d'un ami de longue date existe bel et bien. Il est même amplifié quand l'ami en question est également un amant puisqu'une barrière a déjà été franchie. L'important pour bien vivre une relation d'amitié avec sexualité est de miser sur la transparence des intentions de chacun. Pour éviter les situations douloureuses, il est primordial de mettre les choses au clair dès le départ. «Il faut être très honnête avec soi-même et avec l'autre, il ne faut pas vouloir aller trop loin ni s'immiscer dans le jardin secret du partenaire. La relation doit rester sans problème. Votre sex-friend doit demeurer votre complice, la personne avec qui vous passez de bons moments, sans l'ombre d'un non-dit ou d'un malentendu», soutient Hélène.

Lorsque Josiane a rencontré Daniel, il se remettait d'une rupture survenue après cinq ans de vie commune. Il ne souhaitait pas s'engager et cherchait plutôt une complice sensuelle et affective. Ses larges épaules et sa voix rauque à la Garou faisaient déjà craquer Josiane. Elle savait qu'elle pourrait l'aimer follement; elle a néanmoins accepté la relation d'amis-amants qu'il lui offrait, un peu comme un prix de consolation. «La première année, tout allait bien. On se voyait souvent, on s'amusait, on discutait même de nos autres aventures. Puis, dernièrement, il a commencé à me parler d'une fille pour qui il éprouve des sentiments qui se rapprochent de l'amour. Entendre le nom de cette fille est une véritable torture, et pourtant je fais comme si de rien n'était afin de ne pas le décevoir ou, pire, le faire fuir. Je réalise que j'ai toujours conservé l'espoir que notre relation finirait par évoluer différemment. Je l'aime, mais je ne veux pas perdre aussi son amitié.» En s'engageant à contrecoeur dans une relation qu'elle souhaitait plus complète, Josiane se mentait à elle-même et s'exposait à d'inévitables difficultés.

Quand vient le temps de présenter un ancien sex-friend à notre nouvel amoureux, la situation peut aussi être délicate, voire explosive. Selon M. Castonguay, mieux vaut demeurer prudent dans les révélations sur nos amitiés antérieures, surtout si elles sont de ce type. «Toute vérité n'est pas bonne à dire. Il faut au moins filtrer nos aveux. Tout le monde a droit à ses secrets. Nous ne sommes pas obligés d'énumérer tous ceux ou celles avec qui nous avons fait l'amour.»

Josée et André ont perdu leur belle complicité le jour où elle s'est fait un nouvel amoureux. «Nous étions amis avant d'être amants. Cependant, le chum de Josée est trop jaloux pour accepter que nous restions copains, raconte André. On se parle de temps en temps, mais ce n'est plus du tout comme avant. C'est dommage, car je tenais beaucoup à notre amitié.»

La rivalité féminine peut aussi être un écueil à contourner prudemment. Pascal et Nancy sont amis intimes. Quand tous deux étaient célibataires, il leur arrivait de passer une nuit ensemble. Le reste du temps, ils demeuraient très liés. Puis Marie est arrivée dans la vie de Pascal. La franchise s'est imposée d'elle-même dès le départ. «L'amitié entre Pascal et moi est trop importante pour y mettre un terme ou même la cacher, dit Nancy. Je dois cependant avouer que je craignais un peu la réaction de Marie puisque c'était sérieux entre eux.» Celle-ci, une jeune femme de 32 ans, confesse qu'au début elle a ressenti une pointe de jalousie. «Quand j'ai commencé à fréquenter Pascal, je savais que Nancy faisait partie de sa vie, explique-t-elle. Les premières inquiétudes passées, je suis maintenant heureuse pour lui qu'il connaisse une telle amitié. Je ne vois plus Nancy comme une menace. Ne pas accepter la meilleure amie de mon chum en raison de leur ancienne relation de sex-friends rendrait mon homme malheureux et créerait un froid inutile dans notre couple.» Même si ce genre de relation est davantage toléré dans notre société, certaines personnes continuent à penser que la sexualité et l'amitié ne doivent pas être mêlées. Le «pacte» de la non-exclusivité en rebute également quelques-uns. Enfin, il y a les romantiques qui ne peuvent s'imaginer faire l'amour sans amour véritable.



Ça se conjugue au futur?

Le sexologue François Castonguay est persuadé que la relation de sex-friends est surtout recherchée par les hommes. «Le couple est davantage une entreprise féminine. Bien que les femmes soient de plus en plus nombreuses à vivre une amitié avec sexualité pendant une certaine période de leur vie, elles s'en détachent plus rapidement que les hommes et cherchent à se faire un nid familial.»

Valérie, jeune divorcée de 29 ans, responsable des ressources humaines dans une compagnie d'assurances, avoue qu'une relation de sex-friends la laisserait profondément insatisfaite. «Ça me déprimerait d'être avec quelqu'un juste pour partager de bons moments. J'aurais l'impression de l'utiliser. Vouloir établir une relation sans difficultés à surmonter, sans jalousie ou possessivité, quelle paresse aussi! Moi, ma priorité, c'est l'amour avec un grand A. Bien sûr, mon opinion pourrait changer à la suite d'une rencontre exceptionnelle, mais disons que je n'y crois pas vraiment.»

Gabrielle, elle, s'est embarquée dans une relation de sex-friends avec enthousiasme et elle a eu l'heureuse surprise de voir son amitié avec Michel se transformer en amour. Le sourire épanoui de la jeune styliste de 30 ans en dit long: son beau ténébreux la comble de toute sa tendresse. Leur parcours amoureux est un vrai When Harry Met Sally, en version plus épicée. Leur amour, qui dure maintenant depuis trois ans, a pourtant eu pour point de départ l'amitié, combinée à un désir sexuel toujours renouvelé. «Les premiers mois, on se voyait deux ou trois fois par semaine. Nous avions la liberté de butiner ailleurs et nous nous étions promis de ne pas nous mentir. Je dois cependant avouer que, même si je me sentais libre, Michel occupait beaucoup de place dans mes pensées. Notre relation, telle qu'elle était, me plaisait beaucoup. Nous nous sommes raconté tous nos fantasmes, nos désirs... Bref, beaucoup de choses qu'on n'ose pas toujours avouer à un nouvel amoureux. Ceci explique sans doute la force de notre relation. Je n'ai pas eu de mauvaises surprises par la suite; nous n'avons pas perdu cette belle complicité en devenant un couple, nous l'avons simplement enrichie de sentiments plus forts et de rires quotidiens...»


Suggestion de lecture:
- Sex Friends, c’est possible?
- Sex friends : pourquoi un sex friend vous fait autant de bien ?


Téléchargement…