Sexe, mensonge et orgasme simulé


Sexe, mensonge et orgasme simulé



Beaucoup plus de gens qu'on ne le pense font semblant.


En principe, nous nous engageons dans une relation sexuelle pour le plaisir d'être avec l'autre. En pareil cas, l'orgasme importe peu, mais malheureusement dans notre société, il est non seulement devenu le symbole de la satisfaction sexuelle, mais aussi l'objectif même de la relation. Que faire quand le goût disparaît en cours de route ou que la fatigue s'installe? Simuler ou avouer... telle est la question! 
 
 Il ne viendrait pas à l'esprit de l'un que l'autre simule. Pourtant... beaucoup plus de gens qu'on pense font semblant. Nous jouons toujours un peu dans la vie et ce, tant sur le plan social, professionnel ou sexuel. Faire semblant fait partie de la vie. 
 
 Sans désir, pas de plaisir 
 
 Les gens ont de multiples raisons de s'engager dans une relation sexuelle. Des motifs rationnels, économiques ou émotifs guident souvent leurs gestes. Certaines personnes ne veulent pas briser leur union ou perdre leur sécurité financière ou affective. Quelqu'un peut vouloir vivre à deux parce que l'autre l'aime et le désire, ou parce qu'ils sont bien ensemble. Par contre, ce qui lui fait désirer une personne est parfois différent de ce qui l'incite à l'aimer. Nous voudrions tous connaître l'amour avec un grand A et le désir avec un grand D, mais un l'emporte toujours sur l'autre. 
 
 Aussi, lorsque le désir s'absente, nous le simulons. Lise, mariée depuis 8 ans se souvient de sa nuit de noces : " J'étais énervée et épuisée. Je n'avais aucune envie de faire l'amour car je savais que je ne jouirais pas. Mais il était heureux et je n'ai pas voulu gâcher sa nuit. J'ai donc accepté et j'ai fait semblant de jouir. Par la suite, j'ai recommencé. Par contre, j'étais quand même satisfaite. Je sentais qu'il m'aimait, ses gestes étaient tendres et j'appréciais sa chaleur et sa présence. " À ce sujet, il est d'ailleurs prouvé que la satisfaction sexuelle tient à de multiples petites choses qui nous font dire " je t'aime ".


L'orgasme à tout prix


Feindre d'avoir le goût, d'aimer ça et de jouir... tout est possible, et sans que l'autre ne devine.

"J'ai toujours pensé qu'une relation sexuelle normale se terminait par un orgasme", poursuit Lise. Il n'est peut-être pas nécessaire à la satisfaction, mais lorsqu'il se produit, il met fin bien souvent à la relation sexuelle. Embêtant quand la femme souhaite prolonger caresses et tendresse. Mais lorsqu'on veut précisément stopper le tout, simuler le plaisir peut s'avérer fort utile. Évelyne, une étudiante de 23 ans, a vécu ses premiers amours alors qu'elle habitait chez ses parents. "Quand nous faisions l'amour, je voulais que ça finisse au plus vite, car j'avais peur que mes parents arrivent. Comme mon père ne voulait pas que ça se fasse sous son toit, j'aurais été très gênée qu'il nous surprenne. Alors, je faisais semblant de jouir." 
 
 Lise aussi connaît bien le truc : "Il suffit que je simule un orgasme pour qu'il éjacule. Comme il se concentre pour se retenir, il ne se rend même pas compte que je fais semblant." Pour certains hommes, il est indispensable que la femme ait un orgasme. Et préférablement avant eux. Par galanterie ou machisme, il semble que le manuel du parfait amant le veut ainsi. 
 
 Feindre d'avoir le goût, d'aimer ça et de jouir... tout est possible, et sans que l'autre ne devine. "Pour imiter le plaisir, je fais comme si j'avais un véritable orgasme", explique Évelyne. Ce n'est pas sorcier, il suffit de s'imiter soi-même. Un simulacre bien joué passe inaperçu, et les hommes comme les femmes se laissent prendre au jeu de l'autre.


Les hommes aussi...


"Quand une femme guide ma main, m'indique le geste à faire, ou change de position, je perds le " feeling" — Alain.


Mais oui. Il leur arrive aussi de "faker l'orgasme". Impossible? À 22 ans, Clément a fait semblant à quelques reprises et sa copine ne l'a jamais su. "Je n'en avais pas envie, admet-il. J'avais peur de la décevoir et de lui faire de la peine en le lui disant. J'ai donc d'abord fait semblant d'avoir le goût et ensuite, comme j'avais hâte que ça finisse. J'ai aussi fait semblant de jouir. Je l'ai fait pour qu'elle le croit, dit-il, et je pense qu'elle l'a cru". 
 
 Les raisons de simuler abondent. Les hommes font semblant par peur de décevoir ou de faire de la peine, pour faire plaisir ou pour prouver qu'ils sont de bons amants. L'orgasme devient commode quand l'érection s'affaiblit, que le goût disparaît ou que la fatigue s'installe. " Je ne voulais pas que ma copine remette en question son attrait sexuel, confirme Clément. Si je n'avais pas été amoureux, je ne me serais pas engagé dans une relation sexuelle avec elle, et je me serais senti à l'aise de lui dire non ". 
 
 Un homme fait généralement semblant quand son érection n'est pas directement provoquée par sa partenaire sexuelle. Il peut alors obtenir une érection parce qu'il pense soit à quelqu'un d'autre, soit à une autre situation. 
 
 Alain, divorcé de 37 ans vit la frustration de l'élève : "J'ai été éduqué à l'école du mâle initiateur. J'aime diriger, donner le rythme, choisir la position. Quand une femme guide ma main, m'indique le geste à faire, ou change de position, je perds le " feeling ". Je fais donc ce qu'elle veut en faisant semblant d'y prendre goût." La femme qui arrête son geste ou qui ose demander ce qui lui plaît, l'oblige à se remettre en question. Il devient l'élève et doit admettre qu'il ne sait pas tout. Il est ainsi confronté, non seulement à la nouveauté mais aussi à son incompétence. Lorsque l'amant pose un geste pour la première fois, il sera sans doute maladroit, car il connaît peu les réactions de sa partenaire. Le même scénario se répète d'ailleurs chez la femme.


Lire également


"Parler, c'est marcher devant soi"


Il semble qu'il n'y ait pas de bonne façon ou de bon moment pour dire à l'autre que l'on a fait semblant; la seule issue est donc de s'exprimer avec franchise. Après tout, avouer démontre qu'on a confiance en son partenaire. Les spécialistes suggèrent d'ailleurs de s'exprimer simplement, de dire les choses comme on les ressent sans attaquer le partenaire ni le rendre fautif. Une femme peut raconter comment elle en est arrivé à faire semblant, ce qu'elle a vécu et ses raisons de vouloir en parler maintenant. 
 
 Pour inspirer confiance, elle propose d'abord de rétablir la communication verbale. C'est elle qui a fait défaut et c'est donc par elle qu'il faut recommencer. Il est alors préférable d'exprimer ses émotions, ses sentiments et ses désirs. Il vaut mieux accepter qu'il y a déception de part et d'autre pour tenter de trouver des solutions ensemble et se donner la chance de repartir à zéro s'il le faut. " Quand on a recommencé à faire l'amour, dit Réjean, j'étais méfiant. J'avais perdu de l'assurance. Je n'étais plus certain du résultat de mes gestes. On a donc décidé de réapprendre ensemble. " 
 
 Certaines femmes choisissent un autre chemin. Tout comme Évelyne, Danielle, un infirmière de 33 ans, a cessé de faire semblant sans en parler à son conjoint. " J'avais peur qu'en lui disant la vérité il me quitte. Mais si j'avais continué,


Certains spécialistes estiment que faire semblant peut répondre à certains besoins. Il faut se demander si dans les circonstances c'est la meilleure chose à faire et si nos raisons sont assez bonnes pour que ça en vaille la peine.


c'est moi qui l'aurais quitté. J'ai donc décidé de ne plus faire semblant et j'ai cessé graduellement. Après tout, ça arrive qu'une femme n'ait pas d'orgasme. " De plus, si la femme exprime ce qu'elle désire, le changement sera porté au compte de son évolution personnelle. Un couple évolue, une femme aussi. 
 
 Clément a également pris la décision de ne plus recommencer. Ce qui l'a convaincu? La rencontre d'une femme qui, comme lui, faisait semblant. " J'étais frustré, déçu par ce manque de confiance à mon égard, dit-il. Je sais maintenant comment on se sent quand l'autre fait semblant. Ce qui et important dans une relation sexuelle, c'est de donner et de recevoir gratuitement, sans aucune obligation. La performance, c'est bon pour mes notes à l'université. À l'avenir, j'essaierai de dire que je n'en ai pas envie. " 
 
 Quant à Alain, c'est un irréductible : " Je suis un romantique. Je veux tellement faire plaisir à ma compagne que j'ai de la difficulté à dire non. Je dirai toujours oui, même si le goût n'y est pas. Ainsi, je ne serai jamais perdant : la satisfaction de ma partenaire fera mon bonheur. " 
 
 Faut-il cesser de faire semblant? Certains spécialistes estiment que faire semblant peut répondre à certains besoins. Il faut se demander si dans les circonstances c'est la meilleure chose à faire et si nos raisons sont assez bonnes pour que ça en vaille la peine. À chacun de peser le pour et le contre. Il faut en conclure que le choix de simuler ou non revient à chacun d'entre nous. Laissons donc nos sentiments, nos émotions et nos désirs éclairer notre conscience. Elle est sans doute la meilleure des conseillères.



Mille et une raisons de faire semblant

Parmi le 3 000 femmes qui ont répondu à l'enquête de Shere Hite sur la sexualité des femmes, plus de la moitié font ou ont fait semblant d'obtenir un orgasme pendant une relation sexuelle. Les témoignages consignés dans le Rapport Hite relatent même les motifs invoqués :

  • je trouvais que c'était plus facile et plus rapide de dire non;
  • je voulais éviter d'expliquer pourquoi je n'en ai pas;
  • j'étais trop gênée de dire ce que je désirais;
  • je ne pouvais plus supporter son corps sur le mien;
  • j'avais perdu le goût, je voulais que ça cesse;
  • je préférais ne pas le blesser;
  • je désirais éviter qu'il se croit incompétent;
  • je considérais qu'il travaillait fort pour me procurer un orgasme;
  • je savais que je n'aurais pas d'orgasme;
  • je me sentais diminuée devant le modèle de celle qui crie, hurle et griffe;
  • je ne voulais pas qu'il sache que je ne pouvais jouir;
  • j'espérais qu'il veuille encore de moi après;
  • je sais qu'il aime me voir jouir;
  • je voulais qu'il m'aime;

À ces raisons, ajoutons quelques motifs pour lesquels les femmes s'engagent dans une relation sexuelle sans en avoir le goût et qui simulent le désir.

  • je savais qu'il en avait tellement envie et que cela le détendait;
  • c'était le seul moment que nous avions pour faire l'amour;
  • je croyais que l'envie viendrait;
  • je ne voulais pas passer pour une aguicheuse;
  • je lui devais bien ça;
  • j'étais consciente du fait que quand je dis non, il boude;
  • je sais qu'il fait aussi des compromis;
  • je ne voulais pas qu'il prenne un maîtresse;
  • je ne voulais pas le perdre;

Ajoutez à cette liste vos propres raisons, celles que vos copines ont avouées sous le couvert de la confidence au cours d'un repas généreusement arrosé, et celle s de toutes les femmes qui, un jour, ont fait semblant, mais ne l'ont jamais dit... vous serez peut-être surprise de la longueur de la liste!


Comment font-ils?


Le sperme éjaculé totalise en moyenne une cuillérée à thé... C'est peu.


Comme le femmes, les hommes simulent. Du désir au plaisir, ils peuvent tout jouer sans que leur partenaire ne se doute un instant du simulacre. 
 
 Bien sûr, l'homme ne simule pas une érection, il a une érection. Mais l'origine de cette réaction n'est peut-être pas le désir qu'il éprouve pour sa compagne. La mémoire et l'imaginaire sont d'excellents stimulants sexuels, car les fantasmes alimentent la sexualité. Ils l'embellissent, ajoutent du sel à la situation et pallient au manque de désir. Par l'utilisation de fantasmes, l'homme provoque sa propre érection, qui est alors le produit de son esprit. 
 
 L'érection peut aussi être le réflexe du corps à une caresse. La stimulation directe du pénis et des testicules conduit bien souvent à une érection sans que l'homme la désire ou y prenne plaisir pour autant. L'érection n'indique pas non plus que l'homme désire s'engager dans une relation sexuelle. Elle n'est parfois que mécanique et réflexe. Pendant la relation sexuelle, l'intensité du plaisir varie énormément. C'est à lui qu'il incombe de le faire savoir à sa compagne ou de le lui faire croire. Il est facile d'en rajouter un peu, voire même beaucoup; il suffit d'un gémissement au bon moment. Même chose pour l'orgasme provoqué par pénétration vaginale. Le bon comédien feint le plaisir à s'y méprendre: la respiration devient saccadée. Les mouvements du bassins s'accélèrent et se poursuivent d'un arrêt brusque du va-et-vient dans une tension de tout le corps. Et si la pénétration s'accompagne d'une stimulation du clitoris, la partenaire n'y verra que du feu. Il ne lui restera plus qu'à s'étendre à ses côtés et un soupir de satisfaction la convaincra qu'il a joui. 
 
 Quant à l'éjaculation, il n'est pas si difficile de lui faire croire qu'elle a eu lieu. Le sperme éjaculé varie en quantité mais totalise en moyenne de 4 à 6 ml, c'est-à-dire environ une cuillérée à thé. C'est peu...allez donc savoir!


RETOUR

Téléchargement…